chroniques

Articles archivés

La maladie de Morton

Créé par le 21 fév 2013 | Dans : chroniques

Comme vous l’avez peut-être lu dans mes chroniques, j’ai été, comme beaucoup de personnes, atteinte par la maladie de Morton.  Aux deux pieds.

Le pied gauche a été opéré deux fois ; le pied droit, j’ai refusé et j’attends. Les médecins suisses m’ont préconisé des semelles orthopédiques. Mais pour une femme un tant soit peu coquette, c’est la catastrophe. Adieu les jolies chaussures, les chaussures fines. Les semelles sont toujours trop épaisses, même quand on vous garantit que se sont les plus fines, dernière génération.

J’ai commencé par accepter ce que je considérais, et considère toujours, comme une catastrophe et me voilà avec des horreurs aux pieds. Après deux ans de néanmoins douleurs j’ai jeté ces maudites semelles, très – trop – coûteuses et j’ai trouvé la solution : j’ai acheté des semelles du commerce trois quart, en cuir, avec un renforcement adapté pour la Morton ; cela  permet de porter toutes les chaussures, depuis la chaussure de randonnée jusqu’à la ballerine. Ces semelles coûtent environ 23.-Sfr et je les ai achetées à Lucerne, dans un magasin de chaussures pour pieds sensibles. Et je n’ai plus mal. Soulagement physique, soulagement financier.

Tout cela pour vous dire de ne pas désespérer, vous les trouverez sans doute dans d’autres pays. Elles existent depuis peu. Jusqu’à présent,  les pauvres patients que nous sommes devaient débourser trop d’argent ; une rente renouvelable versée aux podologues et autres…

Donc, bon courage et ne vous cassez plus les pieds.

Connaissez-vous LibriVox ?

Créé par le 27 mai 2012 | Dans : chroniques

Pour différentes raisons, je cherchais une possibilité d’aider.
Toute la question est de trouver l’activité la mieux adaptée.
Et j’ai trouvé LibriVox (www.LibriVox.org).

Ce site permet à tout un chacun d’écouter des textes littéraires. Cela peut aider des aveugles ou des mal-voyants, des malades ou des personnes fatiguées. Ce type d’enregistrement peut aussi plaire à des personnes qui aiment simplement écouter un texte.
Cela ne nuit en aucun cas aux livres papier ou aux Ebooks.

Ce sont des bénévoles qui, de par le monde, enregistrent ces textes. Toutes les nationalités, pour une fois pacifiquement réunies, s’entraident pour enregistrer, contrôler et diffuser gratuitement ces oeuvres généralement classiques.

Voilà donc où je me suis inscrite comme bénévole. J’ai enregistré mon premier texte – un chapitre de La Commune (Louis Michel). C’est un travail intéressant qui demande néanmoins quelques compétences techniques. J’ai trouvé cela, enrichissant. Je vais donc continuer.

Je voulais vous faire partager cette découverte et vous inciter à aller sur ce site complexe qu’il faut explorer.

***

Paris au fil de l’eau

Créé par le 21 mai 2012 | Dans : chroniques

Comme vous l’avez peut-être lu dans mon blog, je suis une parisienne expatriée en Suisse (pour le travail… non pour les avantages fiscaux…)

J’aime la Suisse qui est un pays merveilleux avec une qualité de vie particulière mais, quand je reviens dans ma ville, mon cœur éclate de bonheur. La vitalité, la diversité et l’extraordinaire choix des activités m’enthousiasment. Je suis loin de la quiétude de mes montagnes et le contraste est si fort que j’ai l’impression, en arrivant Gare de l’Est, d’être arrivée sur une autre planète.

Je connais donc mon Paris comme ma poche. Cependant, par une belle journée éclatante de soleil, mon mari et moi avons joué les touristes : nous avons pris un bateau-mouche au pont de l’Alma et nous nous sommes offert le grand tour d’une heure et demie. Nous l’avions déjà fait plusieurs fois. Ce fut néanmoins un moment poétique et savoureux. Nous avons vidé notre esprit et regardé Paris avec les yeux de l’innocence.

Et voici ce que nous avons admiré :

Paris au fil de l'eau dans chroniques IMG_2457-224x300

Au départ du pont de l'Alma

Au pont Alexandre III

Au Pont Alexandre III

Comme la plupart du temps vous aurez la tête en l’air, alors regardez bien au Pont Alexandre III les « 4 Renommées maîtrisant Pégase », le légendaire cheval ailé. Il s’agit de la Renommée des Art, des Sciences, du Combat et de l’Industrie. Elles ont récemment été redorées.

IMG_2464 dans chroniques

Le Louvre

A l’angle extrême du Louvre  se trouve Le Pavillon de Flore qui faisait partie, autrefois, du Palais des Tuileries. Ce Pavillon fut démoli sous Napoléon III puis reconstruit en 1864. Il donne d’un côté sur la Seine et de l’autre sur la fameuse Pyramide du Louvre.

IMG_2466

Le Louvre

Le Louvre a plusieurs étymologies possibles mais guère d’origine brillante : léproserie ou louvèterie selon le sens donné au mot lupara.
Le pont que vous apercevez est le pont du Carrousel, débouchant sur la place du même nom. Le fameux Carrousel fut construit en 1809 à la gloire de Napoléon Ier.

IMG_2469

La passerelle du Pont des Arts

Dans les grilles du Pont des Arts, les amoureux accrochent des cadenas.
Il y en a tant que la Préfecture de Paris, jugeant cela par trop inesthétique,
a décidé de tous les retirer. Je ne sais pas où cela en est.

IMG_2468

La coupole de l'Institut

L’Institut  que l’on appelle également « le Quai Conti »  du nom de son adresse, fut officiellement créé en 1795. L’idée en revient à Mazarin qui avait légué sa fortune dans ce but. Et le projet fut mis en oeuvre par Colbert et Le Vau.
L’Institut regroupe 5 académies :

– l’Académie Française (1635),
– l’Académie des Inscriptions et des Belles Lettres (1663),
– l’Académie des Sciences (1666),
– l’Académie des Beaux Arts (1795), et,
– l’Académie des Sciences Sociales et Politiques (1816).

Maintenant le bateau poursuit sa lente promenade pour atteindre la pointe de l’ìle de la Cité où se trouvent le Palais de Justice avec la Sainte Chapelle, le Tribunal de Commerce, la Préfecture de Paris et Notre-Dame.

IMG_2471

Le square du Vert-Galant

 La promenade et le bronzage sont pratiqués sur les quais dès les premiers rayons du soleil.

IMG_2480

Le Pont Saint-Michel et le Palais de Justice

 Et sans autre commentaire voici – exception faite de la Tour Eiffel – la grande merveille de Paris : Notre-Dame.

IMG_2483

Façade de Notre-Dame

IMG_2492

Notre-Dame, vue de profil

IMG_2494

Notre-Dame

L’arrière de la cathédrale est orné d’un très beau jardin avec des espèces rares dont les fleurs sont magnifiques et odorantes au printemps. En automne et en hiver, c’est un lieu nostalgique et romantique. Un pont à droite de la photo – que vous devez imaginer – sépare l’île Saint-Louis de l’île de la Cité. L’île Saint-Louis semblable à une petite amande constitue à elle seule un quartier, un microcosme fermé,  très provincial, avec ses us et coutumes. 

Le bateau continue pour notre plus grand plaisir. A droite on peut voir un monument très moderne : l’Institut du Monde Arabe dont Jean Nouvel est le principal architecte. Inauguré le 30 novembre 1987, il doit son existence aux présidents Giscard d’Estaing et François Mitterrand.C’est un lieu de lumière et de culture où sont présentées de grandes expositions.

IMG_2496

L'Institut du Monde Arabe

Une longue promenade paysager longe la Seine sur près de deux kilomètres. C’est un endroit idéal et relativement calme qui conduit jusqu’au Jardin des Plantes.
En vue du Ministère des Finances – dit « Bercy » – le bateau tourne et entame la seconde partie de son voyage. Ainsi défilent devant nos yeux : l’Hôtel de Ville, la Tour Saint-Jaques et quelques autres petites merveilles tels les hôtels particuliers du quai de Béthune dont, le plus célèbre, est l’hôtel Lambert.

IMG_2511

Façade de l'Hôtel de Ville

L’ Hôtel de Ville de Paris doit son existence en 1357 à Etienne Marcel, Prévôt des Marchands. Plusieurs fois modifié, il fut incendié en 1871, sous la Commune, puis reconstruit sous la 3ème République.

IMG_2506

Les quais, les hôtels particuliers et les tours Notre-Dame

IMG_25131

La tour Saint-Jacques

Et voici l’un des hauts lieux du Vieux Paris : la Tour Saint-Jacques. Cette tour servait d’accueil, de dortoir et de point de départ pour le pèlerinage de Saint-Jacques de Compostelle. Et le poète Paul Verlaine s’est, dit-on, pendu dans la ruelle qui conduit à cette tour.

IMG_2519

La coupole du Grand Palais

Cette coupole, tout comme celle de l’Institut dont je vous ai montré une photo, est illuminée la nuit. La douce lumière bleutée des  leds fuse de l’intérieur. Il en va ainsi de quelques autres monuments parisiens.

Je pourrais vous proposer encore beaucoup d’autres vues de Paris prises du bateau-mouche, mais de peur de vous lasser je vous présente mes trois dernières photos, celles de  la reine mondialement connue : la Tour Eiffel.

IMG_2523

La Tour Eiffel

 

IMG_2525

L'antenne de la Tour

 

IMG_2531

La tour Eiffel

Voilà, notre petit voyage au fil de l’eau s’achève. J’espère qu’il vous a plu.
J’espère également qu’il vous donnera envie de vous offrir ce long moment de détente et d’émerveillement.

Lundi 21 mai 2012.

***

 

 

 

 

Faire les foins au Tyrol

Créé par le 19 oct 2010 | Dans : chroniques

Faire les foins au Tyrol
Fis, Tyrol

img1584redim.jpg

En Suisse, le pays où je vis, les paysans fauchent l’herbe à l’aide de faucheuses. L’herbe laissée sur place par beau temps est retournée pour éviter le pourrissement. Une fois sec, le foin est roulé puis enrobé dans de larges bandes de plastique biodégradable. Cette technique ne s’applique pas aux régions de montagne où les versants escarpés et les petites surfaces obligent les paysans à faucher encore à la main, de manière traditionnelle. L’herbe coupée est, là aussi, laissée sur place et retournée pour accélérer le séchage et éviter les moisissures. Ensuite, les paysans descendent le foin, sur le dos dans de grands draps blancs et le stockent dans les fenils.

Au tyrol, dans la région de Fis, j’ai été intéressée de voir une ancienne tradition encore en vigueur.

img1578redim.jpg

Le foin est fixé sur des perches en forme de croix. La masse d’herbe prend alors la forme d’un champignon vert. De loin, on peut également prendre ces formes pour de petits bonshommes. Et le foin sèche ainsi.

img1581redim.jpg

Voici une façon  plus esthétique, plus poétique de faire sécher le foin.

img1591redim.jpg

Je me suis demandée si cette tradition était respectée sur ce plateau de Serfaus-Fis-Ladis à cause du tourisme ou si c’était une nécessité.

copiedeimg1580redim.jpg

Les techniques modernes sont utilisées également, mais à d’autres endroits.

***

12345...14

La Poésie, c'est l... |
bert55 |
Cadence infernale. |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | poésie c'est de l'art ,prov...
| athkanna philosophie
| lechatquifume