Un Héros de Félicité Herzog – Août 2012 – Editions Grasset
Broché : 304 pages et 17Euros 10 chez Amazon
E-book  : 175 pages et 12 Euros 99 chez E-Pagine

*

Jeudi dernier Maurice Herzog est décédé à l’âge de 93 ans. Je venais de lire le  roman écrit par sa fille dans un double but. Le premier consiste à rétablir une vérité et la seconde à réhabiliter la mémoire d’un frère aimé.

Lorsque j’étais jeune, dans les années soixante, j’étais membre du Club Alpin Français. L’exploit de Maurice Herzog  était encore un  sujet de discussion autour de la grande table centrale de la rue La Boétie à Paris. On parlait également beaucoup de Louis Lachenal qui passait pour une victime et un spolié. Des questions se posaient. Les doutes et hypothèses allaient bon train. Ce sont les mêmes qui ont agité l’esprit de Félicité Herzog. Mais, ces jours-ci,  Maurice Herzog est mort en emportant avec lui le secret de l’Anapurna.

Pour l’auteur de ce roman, il n’y a quasiment pas de doute. Le sommet n’a pas été atteint.

On passe alors à l’autre règlement de compte entre la fille et le père. Elle soutient que l’indifférence de ce père célèbre  ajoutée à l’exigence d’être un fils de famille aristocratique ayant surtout des obligations ont conduit Laurent au suicide. Comment être à la hauteur d’un père vainqueur d’un des plus haut sommet du monde ? Et comment être également le digne successeur de la famille Cossé-Brissac qui compte dans sa généalogie tant de ducs, pairs de France ? La barre est bien trop haute. Certains sommets sont inaccessibles. Ainsi le sort de Laurent, fragile et dépassé, en est-il joué. Au bout d’une route douloureuse, la mort est la seule issue possible.

J’ai aimé ce roman qui, en fait, est une autobiographie à peine déguisée. Le ton est vif et le style alerte. On ne s’ennuie pas une seconde. Je me demande comment Félicité Herzog vit la mort de son père si peu de temps après ce coup de fleuret non moucheté. La rancoeur est-elle la plus forte ? Même si elle a raison, je n’aimerais pas être à sa place. Peut-être aurait elle dû éclaircir cette situation depuis longtemps. Mais, c’est facile à dire.

*