De Soubey à Saint-Ursanne (JU)

Soubey (476m) – La Réchesse – La charbonnière – Chétevat (454m)t – Plan du Noyer – Saint-Ursanne (438m) – Saint-Ursanne gare

img1907redim.jpg

16km 500 – dénivelé : +53m/-38m
le long du Doubs

img1916redim.jpg

En venant du canton de Zug, j’ai eu 2h 58 de trajet en train pour Saint-Ursanne. Quand on aime on ne compte pas. Saint-Ursanne est  un haut lieu de la randonnée qui attire des marcheurs de tous les cantons mais également de France et d’autres pays. J’ai choisi de passer la soirée et la nuit dans ce charmant village. Une manière agréable de passer le samedi et d’être fraîche le lendemain. Autre motif, mon train arrivait le dimanche matin à 9h 40 et le seul car postal de la matinée pour Soubey démarre à 9h 42. Et si le train a du retard  ? …
Réflexion faite, je suis peut-être une angoissée suspicieuse.

Donc me voici vers 17h 45 à Saint-Ursanne par une fin d’après-midi extraordinaire.

img1883redim.jpg

Cette petite ville s’est constituée autour d’une communauté monastique bénédictine fondée au VIIème siècle par Saint Ursanne, ermite irlandais, compagnon de Saint Colomban (qui continua sa route vers l’Appenzell). Après l’incendie de 1403, de nouvelles fortifications furent édifiées et la ville commença de s’étendre. Un pont de bois enjambant le Doubs  fut remplacé en 1729 par un pont en pierre à quatre arches :

img1888redim.jpg

La statue de grès rouge de Bâle de Saint Jean Népomucène, protecteur des ponts, est une copie. Elle trône au milieu du pont. L’original qui date de 1731 se trouve au musée lapidaire. 

img1882redim.jpg

 Au cœur de cette ville moyenâgeuse, j’ai trouvé un petit hôtel, Les Deux-Clefs, qui m’a hébergée pour 55.- Sfr, petit déjeuner compris. Simple mais sympa.

Pour le dîner, presque tous les touristes se sont retrouvés dans « LE » restaurant local, l’Ours  où je me suis régalée de la spécialité régionale à ne pas manquer : le jambon à l’os. Un pur régal.

Donc le lendemain matin je suis partie pour Soubey.

img1897redim.jpg

Le nom de ce village, connu depuis 1340, a pour origine l’expression « sous le bief » reflétant l’importance de son activité jadis liée aux moulins. Le « bief » désigne le canal de dérivation qui achemine l’eau vers la roue du moulin.

img1895redim.jpg

Et me voici en route. Il fait beau et pas trop chaud. C’est parfait pour marcher le long du Doubs, au pied du Clos du Doubs.

img1901redim.jpg

Le Clos du Doubs est un petit massif montagneux aux formes douces qui culmine à 900m et domine le cours du Doubs.

img1901redim.jpg

Cette rivière en forme de M prend sa source à Mouthe ,France. Elle est longue de 453 kilomètres. Français sur 25 kilomètres, le Doubs marque la frontière entre la France et la Suisse jusqu’à Clairbief, quelques kilomètres avant Soubey, puis devient suisse sur les 30 kilomètres suivants avant de couler vers la France. Le cours d’eau bifurque brutalement à Saint-Ursanne et  se dirige vers le Rhône et la Saône dans laquelle il se jette à Verdun-sur-le-Doubs.

Cette randonnée est faite de douceur et de calme. Tout le monde – ou presque – respecte ces moments de silence volés à notre  civilisation surexcitée.

Tout d’abord, on longe le Doubs par sa rive droite puis au lieu-dit « la charbonnière » on traverse la passerelle pour se retrouver sur la rive gauche jusqu’à l’arrivée.

A Chétevat  un bac guidé par les enfants offre ses services (une participation facultative est néanmoins bienvenue).

img1910redim.jpg

Le restaurant situé sur la berge est généralement pris d’assaut et il faut s’armer de patience pour être servi. Personnellement ce n’est pas mon goût d’autant que, partout, il est possible de s’asseoir ou de s’allonger au bord de l’eau pour savourer la quiétude ambiante et regarder les milliers de petits poissons, menu fretin encore  ignoré par les pêcheurs.

A l’arrivée, il faut absolument se promener sur la rive gauche du Doubs qui offre une belle vue sur les maisons et le restaurant qui bordent la rivière.

img1885redim.jpg

Cette randonnée fut de bout en bout un enchantement, un moment formidable et inoubliable.

img1908redim.jpg

Pour les fous de la marche il est possible, faisant le trajet dans  le sens Saint-Ursanne-Soubey, de continuer vers Saignelégier et les Franches-Montagnes, célèbres pour leurs chevaux.

img1918redim.jpg

***

 img1919redim.jpg

Carte Swisstopo au 50.000ème : 222T -  Clos du Doubs.
www.schweizmobil.ch/fr/welcome.cfm  – la Suisse à pied – cartes au 50.000ème.

Samedi 2 et dimanche 3 avril 2011.

***