sureaunoir.jpg

Vite, vite, vite, dépêchez-vous, précipitez-vous : le temps de cueillir les fleurs du sureau noir est arrivé. Vous disposez encore de quelques jours pour faire votre récolte.

Le sureau fleurit de fin mai à mi juin avec des variations selon les lieux. Les ombelles épanouies sont splendides, leur parfum délicat et fin est unique. Prenez un panier ou des sacs en papier et une paire de ciseaux ou un coupe tout et allez vous promener dans la campagne, dans les bois. Sachez que le sureau aime le soleil et l’eau. Souvent vous trouverez cet arbre au bord des ruisseaux, mais aussi au bord des chemins ombreux et dans les forêts aux essences variées. Examinez les haies et vous l’y trouverez. Vous reconnaîtrez l’arbre en fleurs à ses magnifiques ombelles en forme d’ombrelles blanches, souvent opulentes. Approchez-vous et respirez. Le parfum est un régal des sens. Coupez la plante délicatement car elle est fragile. Et… attention au pollen. Allergiques, cette cueillette n’est pas pour vous.

Quant aux cueilleurs, faites aussi attention car le pollen jaune  tache énormément.

img1204redim.jpg

Je fais sécher les ombelles durant une semaine environ. Par temps sec, elles sèchent vite et je les conserve ensuite dans des bocaux ou dans des sachets en papier rangés dans un placard de ma cuisine. Les plantes cueillies et séchées ont besoin d’obscurité sinon elles s’altèrent. J’épuise mon stock de simples durant l’hiver et si jamais je n’ai pas consommé toutes mes plantes – ce qui est rare – alors, au printemps revenu, je jette le reste. Les plantes, c’est comme les confitures faites maison : à consommer dans l’année sinon elles perdent de leur effet phytotérapeutique et de leur saveur.

Chez les Germains, cet arbre était considéré comme sacré et dédié à la déesse protectrice Hollé, aussi est-il connu, chez nos voisins allemands sous le nom de Holunder. Abattre un sureau passait pour un sacrilège  apportant  le malheur et même la mort.

D’après une légende chrétienne, Judas se serait pendu à une branche de sureau… ce dont je doute quand on sait que les branches sont relativement souples et que, ni le tronc ni les branches ne seraient assez robustes pour supporter le poids d’un homme. Ah !! le charme des légendes.

Lors de fouilles archéologiques, on a retrouvé des graines de sureau noir remontant  à l’âge de pierre.

Les tisanes de sureau, en dehors du plaisir gustatif, nous soulagent lors de rhumes, de grippes ou d’inflammation pulmonaire. Le sureau est également bon en cas de rhumatismes. Je vous le dis par expérience.

Les fleurs contiennent, en effet, de la rutine – un flavone-glucoside – de la quercétine, du mucilage, des tanins et des acides organiques.

P.S. – Si les arbres vous intéressent, je vous conseille un blog passionnant et d’une grande qualité : le Krapooarboricole

***