La Salamandre (Août et Septembre 2009)
Les pouvoirs du sureau

Ne me dites pas que vous ne connaissez pas ce petit arbre. On le rencontre partout : dans les haies, dans les forêts et même le long des autoroutes. Vous l’avez déjà rencontré, souvenez-vous.sureaunoir.jpg

Dans la petite forêt qui jouxte notre résidence, il y en a des dizaines et au printemps ses grandes ombelles et leur délicat parfum attirent la cueilleuse que je suis. Je fais sécher les fleurs et les déguste en tisane pendant l’hiver, avec ou sans miel, les fleurs de sureau étant naturellement sucrées.

A l’automne dernier, j’ai fait quelques pots de confiture avec les fruits du sureau mais je dois dire que cela demande de la patience et de la dextérité. Le jus carmin foncé a tendance à tout tacher. La prudence s’impose. Cette année je ne recommencerai donc pas.

Cueillez juste ce dont vous avez besoin. Laissez des fleurs sur l’arbre, laissez des plantes aux autres et ne gaspillez pas la nature. Ne faites pas toute votre cueillette au même endroit.

Je vous raconte tout cela car la Salamandre de ce mois-ci consacre son dossier à ce petit arbre beau et simple.

viamalaresize.jpg

Vous connaîtrez ses mystères, vous saurez quels sont les oiseaux qui en raffolent, vous apprendrez de bonnes recettes. Et le mirliton en bois de sureau n’aura plus de secret.

Les illustrations du journal sont délicates et très souvent poétiques.

Le dernier article de ce numéro 193 est consacré à Sarah Marquis, une aventurière randonneuse que j’aime beaucoup et dont j’ai suivi le périple en Australie grâce à la Télévision Suisse Romande. Solitaire jusqu’à sa rencontre avec un chien perdu qui l’a suivie, elle a traversé l’Australie en 2002-2003, le chien sur ses talons. En immersion totale dans la nature, elle s’est nourrie uniquement de ce qu’elle était capable de cueillir, trouver ou tuer. J’attendais toujours avec impatience ses brefs rendez-vous avec nous, les téléspectateurs.

Depuis, j’ai voyagé dans les Andes grâce à son web-site et ses comptes rendus.

La Salamandre a eu les honneurs de la presse et en particulier ceux de Courrier International, ce qui représente une reconnaissance de valeur. Et le numéro sur les pics dont je vous ai parlé a reçu également un accueil chaleureux.

Bref, voici encore un numéro passionnant que je vous recommande. Recommandation désintéressée : je n’ai aucune action dans le journal. Foi de Françoise.
Je ne suis qu’une simple lectrice.

***