18ème Exposition de Peinture de Trubschachen
Artistes peintres suisses

Du 27 Juin au 19 Juillet 2009

trubschachen0100resize.jpg

Imaginez un charmant village dans l’Emmental, à 732m d’altitude, traversé par le torrent Trub, sur la route qui relie Lucerne à Berne. Cette bourgade fleurie se transforme tous les 4 ans en un merveilleux et original musée, le temps d’une exposition de peinture à thème très recherchée par les amateurs d’art.trubschachen0057resize.jpg

Les tableaux sont exposés dans les deux écoles du village séparées par quelques centaines de mètres, obligeant le visiteur à traverser le village et ses jardins opulents.
Cette année est consacrée aux artistes suisses, avec une forte proportion de femmes peintres. L’exposition s’articule autour de l’expression de l’être.

Et c’est dans la grande salle de gymnastique que sont exposés les tableaux principaux, ceux d’Ernst Ludwig Kirchner.

trubschachen063soustitre.jpg

Vers 1906, Ernst Kirchner qui était né en Allemagne en 1880, fonda à Dresde avec les peintres Erich Heckel, Karl Schmidt-Rottluf et Max Pechstein auxquels se joignit Emil Nolde (1867-1937) le groupe « Die Brücke» («Le Pont») qui sera dissous en 1913/14. Ce fut un mouvement anti-bourgeois, expressionniste au sens le plus plein du terme. Les artistes traduisaient dans leurs œuvres, par des déformations exagérées et des couleurs exacerbées, leur mépris de la beauté conventionnelle et leur désir d’exprimer en toute liberté leurs émotions. D’où une certaine outrance.

trubschachen068soustitre.jpg

Ainsi en est-il des toiles d’Ernst Kirchner. Il disait «Je travaille beaucoup plus avec la dissonance qu’avec l’accord, pour titiller l’œil et pour produire certaines tonalités de couleur qui procèdent du thème.»

trubschachen064soustitre.jpg
Ce mouvement ouvrit la voie à un nouveau groupement d’artistes qui prit la relève vers 1911 à Münich : «der Blauer Reiter» («le Cavalier Bleu»).

En 1917, Ernst Kirchner s’installa à Davos dans les Grisons où il vécut jusqu’à son suicide en 1938. Depuis le 4 Septembre 1992, un grand Musée Kirchner y abrite ses œuvres.

trubschachen061soustitre.jpg

L’Allemagne nazie considérait son art comme «dégénéré»… !

En sortant de la salle consacrée à Kirchner, on rejoint les salles de classe présentant les autres artistes qu’il ne faut ni dédaigner ni oublier, car leur talent est grand et séduisant.

J’ai infiniment aimé la chaleur des couleurs du tableau de Sigismund Righini : le marché aux fleurs sur la Bürkliplatz de Zürich. Ce fils d’artiste tessinois disait que «c’est de la couleur et de la luminosité que je me préoccupe avant tout sans négliger la forme…».

trubschachen074soustitre.jpg

Les femmes sont présentes en nombre et leurs œuvres sont pleines de charme. A l’instar de Hanny Fries, elles peuvent dire que «le déclic vient de l’extérieur. Je fais le travail à l’intérieur. Tout réussir est une grâce. La peinture libère».

Les femmes sont tout en finesse et en intériorité. Leur peinture le prouve.

J’ai été conquise par les toiles d’Helen Dahm. Je les trouve originales et intéressantes, particulièrement ce grand cerfeuil sauvage. trubschachen085soustitre.jpg

Elle fut la première femme à recevoir en 1954 le Prix artistique de la ville de Zürich.

trubschachen087soustitre.jpg

Comme chaque fois, nous sommes ravis d’être venus. C’est un moment de bonheur : les œuvres d’art, les prés, les fleurs et le soleil d’été.trubschachen0049resize.jpg

Nous reviendrons dans 4 ans, c’est promis juré. Nous ne manquons jamais ce rendez-vous que je reporte dans mon agenda d’année en année pour être sûre de ne pas le rater.

***