Voici la traduction d’un article écrit par Clarissa Rohrbach intitulé :

Révolte au sujet de l’utilisation actuelle de souffleurs à feuilles sur les chemins de randonnée.

A Kriens (Canton de Lucerne, Suisse) les sentiers de randonnée sont actuellement nettoyés avec des souffleurs motorisés. Les défenseurs de la nature sont en colère.

« C’est une idée fumeuse que d’intervenir précisément au moment de la reproduction avec un bruit pareil dans la nature » dit Christoph Vogel, chef de projet à la Station Ornithologique de Sempach.

Pour qui a le moindre sens de l’écologie, on ne met pas en route le nettoyage de printemps de la forêt avec des souffleurs à essence. Les animaux souffrent de stress et abandonnent les sites de reproduction.

50 kilomètres de sentiers, dans un vrombissement assourdissant, ont malgré tout été nettoyés de leur feuillage d’automne et ce, dans les secteurs du Pilatus et du Sonnenberg.

Si les feuilles restent en place, elles pourrissent déclare Erwin Lisibach, directeur du Service de la Voirie de Kriens au journal « Zentralschweiz am Sonntag ». Les randonneurs écrasent les feuilles des chemins et ceux-ci deviennent dégoûtants.

« On devrait ramasser les feuilles manuellement » dit Vanessa Gerritsen, directrice de campagne de « Vier Pfoten (quatre pattes) ». Mais, de nos jours, la rapidité et l’efficacité doivent être respectées et sont malheureusement plus importantes que le respect des animaux.

« C’est dément, les animaux de la forêt sont constamment dérangés » ajoute V. Gerritsen.

Quant à Wendelin Zemp, Garde Forestier dans ce secteur du Canton de Lucerne, il ne comprend pas non plus cette action « randonner reste une expérience de nature » et W. Zemp d’ajouter « la saleté en fait tout simplement partie ».

Où va donc se nicher la méticulosité suisse…
Hallucinant, n’est-ce pas ?

***

A suivre …