Le Chemin des nuages blancs du Lama Anagarika Govinda. Editions Albin Michel – Collection Spiritualités vivantes – 440 pages.

Ernst Lothar Hoffman, devenu Lama Anagarika Govinda (1898-1985), après avoir voyagé en Birmanie, à Ceylan, au Sikkim et en Inde nous fait parcourir le Tibet des années 30.

Il donne des explications très claires sur des points de doctrine et de coutumes bouddhistes ; il traduit pour nous des mots tibétains. Enfin, il nous raconte des phénomènes extraordinaires ainsi que des aventures exceptionnelles.

Il nous conte également la fabuleuse histoire du royaume de Guge dont la puissance régna sur le Tibet et une partie de la Chine durant 700 ans. Récemment une formidable série télévisuelle consacrée à l’ancienne route du thé nous a montré les ruines de ce royaume aujourd’hui disparu. Cette série – qu’il ne faudra pas manquer lors d’une rediffusion – produite par la Corée nous fut offerte par Arte pendant la semaine de Noël 2008.

Le tout est narré d’un ton léger et vif. La lecture est agréable et le récit coule tel un torrent de l’Himalaya.

Nous retrouvons Govinda dans des couvents ou des ermitages. Il emprunte les traces d’Alexandra David-Néel qui parcourut ces terres alors mal connues dans les années 20 et entra à Lhassa en 1924.

Le Lama nous parle de notre ego, de l’impermanence des choses, de l’hérédité et de nos vies antérieures. Croyants ou grands rêveurs, vous allez aimer cette lecture. Sceptiques, matérialistes et pragmatiques, ce livre vous entraînera dans un dédale de questions.

Mais quelles que soient nos convictions ou notre degré de connaissance, ce livre porteur d’optimisme et de sagesse capte le meilleur de nous-même. Ce « Chemin », joint à la lecture des diverses œuvres d’Alexandra David-Néel, offre aux néophytes un aperçu intéressant et compréhensible du bouddhisme tibétain.

Comme vous l’aurez compris, j’ai aimé ces tribulations poético-philosophiques et je souhaite sincèrement que vous soyez aussi séduits que je le fus. Alors bonne lecture et dites-moi si j’avais raison … ou tort.

***