Chroniques d’un petit coin de Suisse

Je souhaite vous parler d’un petit coin de Suisse alémanique qui ressemble à une carte postale (les jours de soleil). A quelques pas de chez moi se trouve un lac paisible et pas très grand que de beaux bateaux blancs sillonnent du printemps à l’automne.

Sur la rive d’en face, une petite montagne de 1000 mètres domine la mer de nuages les jours où le moral est en berne. Et puis il y a la reine des reines du quartier : le Rigi (Die Rigi) qui culmine à 1798 mètres. De grands écrivains y sont montés dont l’illustre Victor Hugo.

Et même si les constructions gagnent dangereusement du terrain et rognent notre environnement, il reste encore assez de merveilles pour remplir les yeux et en effacer la tristesse des mauvais jours.

Et comme pour voir, il faut sortir de soi et de sa maison, alors nous allons partir ensemble sur les routes du regard et sur les chemins de la randonnée.

***

 

Baudelaire a diagnostiqué chez certains d’entre nous
« La grande maladie de l’horreur du domicile. »
qui serait une maladie contagieuse.
Il est possible que j’en sois atteinte.

 

***